Email     Password  
Connection | Subscription
(NB : sujet discuté aussi sur Linkedin) (crédit image : Fotolia) Dans son ouvrage qui fit date sur le sujet, Sincérité et authenticité (Grasset, 1994), Lionel Trilling cherche à donner des aperçus de l'émergence de l'idéal de sincérité puis de son déclin et de son remplacement par l'idéal d'authenticité : « Les révoltes étudiantes des années soixante ne furent pas marquées par la seule conviction que "tout est politique". Au-delà des utopies messianiques, qui occupèrent le devant de la scène, de nouvelles aspirations éthiques se firent jour, qui avaient pour principal motif le thème de "l'authenticité". Partout s'affichait le "souci de soi", la volonté d'être enfin réconcilié avec le corps, avec l'intimité de son psychisme, de vivre en harmonie avec la nature, d'en finir avec l'aliénation du Moi dans des formes de vie extérieures aux individus. La vague, ici désignée sous le nom d'éthique de l'authenticité, fut et reste sans doute encore, d'une portée considérable. »   Dans cet échange, nous nous intéresserons à la friction qui est souvent mise en avant entre sincérité et authenticité : car comprendre ce qui sépare ces deux idées pourtant simples en apparence, est éclairants sur une tendance qui s'étale bien au-delà de notre époque. "L' authenticité  peut être considérée à cet égard comme un concept proche de celui d'intégrité. ... Tandis que la  sincérité  consiste simplement à dire ce qu'on pense, et la fiabilité à faire ce qu'on dit, l' authenticité  consiste à être ce qu'on est et à se présenter aux autres comme tel." ( source ) Mais au temps présent, vous y serez généralement confrontés sur le ton, pour le moins approximatif, au mieux badin, de la préférence. La préférence est certes  subjective mais souvent présentée comme un argument d'autorité. Quand on en parle en société : pour peu qu'on aborde l'authenticité, il y aura toujours quelqu'un pour tenter de briller en lui préférant d'un ton péremptoire, la sincérité et... Inversement. Faites le test dans les réseaux sociaux, c'est amusant. Avouons-le : en dépit de son caractère trivial, anecdotique, ce débat en dit long sur nous, sur l'époque, et il nous permettra de démystifier les mensonges que l'on fait aussi - et peut-être surtout - à soi-même. Dans l'approche de Trilling (qui fit date, et souvent citée sur ce thème, en France comme aux Etats-Unis), l'éthique de l'authenticité est présentée comme un processus de désaliénation : peut-être est-ce précisément l'inverse aujourd'hui, tant l'injonction est omniprésente et présentée avec tant de bienveillance désarmante.
Here's my feedback:
Leave me give my opinion...
Misc infos
Format : Teaser
Treatment : Job expertise presentation
Notes de
préparation
AUDIENCE
Our collaborative
approach
 

(NB : sujet discuté aussi sur Linkedin)

(crédit image : Fotolia)

Dans son ouvrage qui fit date sur le sujet, Sincérité et authenticité (Grasset, 1994), Lionel Trilling cherche à donner des aperçus de l'émergence de l'idéal de sincérité puis de son déclin et de son remplacement par l'idéal d'authenticité :


« Les révoltes étudiantes des années soixante ne furent pas marquées par la seule conviction que "tout est politique". Au-delà des utopies messianiques, qui occupèrent le devant de la scène, de nouvelles aspirations éthiques se firent jour, qui avaient pour principal motif le thème de "l'authenticité". Partout s'affichait le "souci de soi", la volonté d'être enfin réconcilié avec le corps, avec l'intimité de son psychisme, de vivre en harmonie avec la nature, d'en finir avec l'aliénation du Moi dans des formes de vie extérieures aux individus. La vague, ici désignée sous le nom d'éthique de l'authenticité, fut et reste sans doute encore, d'une portée considérable. »

 

Dans cet échange, nous nous intéresserons à la friction qui est souvent mise en avant entre sincérité et authenticité : car comprendre ce qui sépare ces deux idées pourtant simples en apparence, est éclairants sur une tendance qui s'étale bien au-delà de notre époque.

"L'authenticité peut être considérée à cet égard comme un concept proche de celui d'intégrité. ... Tandis que la sincérité consiste simplement à dire ce qu'on pense, et la fiabilité à faire ce qu'on dit, l'authenticité consiste à être ce qu'on est et à se présenter aux autres comme tel." (source)

Mais au temps présent, vous y serez généralement confrontés sur le ton, pour le moins approximatif, au mieux badin, de la préférence. La préférence est certes  subjective mais souvent présentée comme un argument d'autorité. Quand on en parle en société : pour peu qu'on aborde l'authenticité, il y aura toujours quelqu'un pour tenter de briller en lui préférant d'un ton péremptoire, la sincérité et... Inversement. Faites le test dans les réseaux sociaux, c'est amusant.

Avouons-le : en dépit de son caractère trivial, anecdotique, ce débat en dit long sur nous, sur l'époque, et il nous permettra de démystifier les mensonges que l'on fait aussi - et peut-être surtout - à soi-même.

Dans l'approche de Trilling (qui fit date, et souvent citée sur ce thème, en France comme aux Etats-Unis), l'éthique de l'authenticité est présentée comme un processus de désaliénation : peut-être est-ce précisément l'inverse aujourd'hui, tant l'injonction est omniprésente et présentée avec tant de bienveillance désarmante.

Keywords:  authenticité, sincérité
Related expertises:  communication managériale
Topic brought to you by:
Loading...
Collaborative survey: let's explore the potentiel of this topic
Give us your insights in the following questionnaire, to help us to prepare this subject!
Les intervenants se présentent -
Qui êtes-vous et qu’est-ce qui fait que vous êtes pertinents pour ce sujet ?
Pourquoi était-il souhaitable de vous choisir pour en parler, aidez-nous à saisir votre légitimité sur ce thème de réflexion.
Enfin, dites-nous dans votre introduction pourquoi le sujet vous a séduit et/ou convaincu de faire le déplacement : en quoi est-il intellectuellement stimulant pour vous ?
À qui s’adresse ce thème de réflexion ?
À qui profitera-t-il de façon notoire ? Qui est concerné ? Qui sont les bénéficiaires (directs ou indirects) d’une réflexion approfondie sur le sujet qui nous rassemble ici ?
Puisque nous abordons ce thème : nous devons nous demander pour qui il sera le plus utile de nous écouter en débattre ! On appelait ça le public cible jadis ;-)
Aidons-les à se reconnaître.
L'actualité autour de ce sujet ?
Quelle est l’actualité, et/ou quelles sont les tendances du moment qui justifient qu’on traite de ce sujet, que faut-il savoir afin de comprendre le contexte dans lequel nous le traitons ?
Écosystème et contexte de marché ?
Si pertinent, dites-nous qui sont les acteurs majeurs, à ne pas perdre de vue dans notre sujet, ceux qui contribuent à impacter, structurer, transformer voire créer l’écosystème.
Quelles sont les données essentielles à prendre en compte quant à l’état du marché qui touche à ce sujet business ?
Ici : diagnostic général à base de faits concrets, chiffres, background, études pertinentes.
Et même, si pertinent, une histoire ou une anecdote à raconter, une image à montrer : quoi que ce soit qui puisse nous servir à mieux planter le décor.
Concepts et définitions et mots clés ?
Avant d’aller plus loin, quels seraient les concepts clés à introduire pour que ce sujet soit correctement traité, et pour bien nous assurer que nous aurons un vocabulaire commun pour la suite ?
Interrogations suscitées par le sujet ?
Quelles sont les bonnes questions à se poser à ce sujet pour l’aborder de façon pertinente et si possible, intellectuellement pertinente (et stimulante) ?
(D’un point de vue strictement méthodologique, ce sont aussi les questions connexes qu’il soulèvera forcément et que talkshow va forcément devoir aborder selon vous : essayez de lister de l’ordre de 5 à 10 bonnes questions que nous devrons nous poser)
Points de vigilance à observer ?
Quels sont les écueils, les mises en garde, les points de vigilance liés à ce sujet ?
Donnez-nous votre vision des erreurs possibles à garder à l’esprit avant d’aborder ce thème.
En forme de mises en garde : ce n’est pas toujours forcément utile, mais il se peut qu’un sujet doive être d’emblée canalisé. Autrement dit : comment cadrer ce sujet pour éviter qu’il ne parte dans une mauvaise direction ?
En outre, y a-t-il un risque quelconque : de malentendu, d’incomplétude, de polémique. Un sujet peut parfois en cacher un autre, ou peut même déranger, sait-on jamais.
Enjeux métier : transformations ou évolutions en ligne de mire ?
Quels sont les enjeux qui dans ce sujet touchent (potentiellement) à votre métier et à son évolution, ou révèlent qu’il va probablement se transformer ?
(on peut évidemment parler du métier de vos clients le cas échéant)
La pensée dominante : un semblant de consensus ?
En lien direct avec la question posée, y a-t-il un (plus ou moins vague) consensus qui semble entourer cette thématique de réflexion à l’échelle de l’écosystème. Y a-t’il une doctrine dominante, qui soit dit en passant, puisse (potentiellement) nécessiter qu’on la bouscule un peu ?
Ce qui fait néanmoins polémique...
Quelles sont selon vous les idées associées à cette thématique de réflexion qui au contraire ne font pas consensus et justifient qu’un débat pédagogique s’installe ?
Qu’est-ce qui dans ce sujet peut constituer un levier de discussion stimulant ?
N’oublions pas : aucun sujet n’est lisse, et trouver les aspérités propices au débat révèlent de façon plus instructive (notamment pour notre chère audience) la problématique de fond.
L’enjeu est ici de nous permettre de rebondir, de corser le talkshow, de l'approfondir au prétexte de ces possibles divergences de vues entre spécialistes.
C’est ainsi que nous pourrons permettre à notre audience de se faire une idée, si du moins les principaux courants de pensée sont susceptibles d’être énoncés et représentés.
No bullshit : identifier les foutaises sur le sujet.
Quelles sont les pires foutaises, erreurs, fumisteries ou même charlataneries que vous ayez entendues ou que vous ayez observées en terme d’approche sur ce thème business ? – On peut aussi dans cette optique, aborder l’écart qui existe entre discours/mythes/théories et réalité(s) ?
Comment passer à l’action ?
Explorons maintenant vos préconisations pour traiter ce sujet selon votre approche et vos choix méthodologiques quand il s’agit de mettre en pratique, dans une entreprise ou un projet business, vos propres convictions sur ce thème. De la théorie au passage à l'acte.
Au travers de vos propres retours d’expérience : quelles sont les possibilités et vécus en termes d’exécution ?
Où sont les compléments possibles avec d’autres éventuelles méthodes ou approches, d’autres écoles de pensée ?
Insight : comment surmonter les possibles résistances ?
Partagez avec nous une matière à penser, illustrée par votre façon personnelle (si nécessaire) de faire bouger les lignes sur ce sujet, pour convertir vos interlocuteurs ou votre public en faveur de vos convictions sur ce thème business.
Qu’est-ce que vous pourriez énoncer de surprenant, à contre-courant, qui puisse faire l’effet d’un électrochoc salutaire ?
Objectif : trouver le bon argument pour achever de convaincre et séduire, faire passer une vision, une idée importantes sur ce sujet.
Tentative de synthèse -
Pour conclure, que faudrait-t-il idéalement retenir de tout ce qui a été dit ?
Mots-clés, idées force, et conseils de mise en pratique en résumé.
Matière à penser.
Vous arrive-t-il, sur ce sujet, d’avoir lu des propos un peu provocateurs, ou de les avoir vous-mêmes écrits ou proférés ? C’est le moment d’éveiller l’empêcheur de tourner en rond qui sommeille en vous s’il n’est pas déjà sur le pont. Vous pouvez faire bouger ce débat, voire l’écosystème qui l’entour, en nous montrant votre côté rebelle ou en citant d’autres rebelles.
Suggestion de speakers
Qui d’autre aimeriez-vous voir intervenir sur un sujet comme celui-là ?
Qui peut polémiquer face à qui ? Vos idées nous intéressent : non, malgré les apparences nous ne connaissons pas tout le monde...
Une bonne manière de conclure ?
Chut, ne le répétez à personne… Mais nous ne sommes pas supposés savoir à l’avance comment se termine un sujet de débat… mais on a le droit de le souhaiter ‼
Selon, vous, quelle serait la bonne conclusion vers laquelle il serait souhaitable d’orienter le débat : disons, celle qui vous ravirait le plus ? Attention, ça ne veut pas dire qu’il ira dans ce sens, mais si vous avez une « envie » en la matière, ou un objectif, c’est toujours bon de le savoir ne serait-ce que pour comparer.
Share the link:
Connected subjects: