Email     Mot de passe  
Connexion | Inscription
 
La plupart des divinités de la mythologie sont des archétypes à message unique, celui de la force avec Héraclès-Hercule, de la beauté avec Aphrodite-Vénus, de la justice avec Thémis-Justitia. Le dieu du commerce est lui dès l’origine, tel Janus une divinité double.
Et hop, voici mon feedback :
Je trouve cet article...




Infos diverses
Format : Article
Traitement : Analyse de concept
Notes
AUDIENCE
 
En partenariat avec : 

La plupart des divinités de la mythologie sont des archétypes à message unique, celui de la force avec Héraclès-Hercule, de la beauté avec Aphrodite-Vénus, de la justice avec Thémis-Justitia.

Le dieu du commerce est lui dès l’origine, tel Janus une divinité double.

Mots-clés :  réputation du vendeur
Expertises concernées :  storytelling, talent management

Hermès, dieu des marchands est directement fils du roi des dieux, Zeus dont il devient le messager agile : « car il vole aussi léger que la pensée pour remplir cette mission divine, celle des prophètes ». C’est lui qui était chargé entre autres de conduire les âmes à leur dernière demeure, tâche ô combien spirituelle.  Son origine divine et sa fonction quasi religieuse ne sont donc pas contestables.

Mais dès sa naissance, lui le fils du « patron des dieux » se comporte mal et se fait voleur :


« L’enfant naquit à l’aube.
Et avant que la nuit tombe
Il avait dérobé les troupeaux d’Apollon ».

 

Ce drôle de sale gosse, doué comme pas deux, avait aussi à sa naissance inventé le premier instrument de musique en fabricant une lyre à partir d’une carapace de tortue.

Pour terminer le portrait, son père, Zeus, l’oblige à donner, en guise de compensation, cette précieuse création à Apollon pour s’excuser du vol lors de la restitution des troupeaux.

Hermès, la divinité double était née. Messager divin et voleur.

Il fut dès la plus haute antiquité le dieu des marchands, ceux qui portaient partout la bonne parole en sillonnant les routes, et celui des voleurs.

En plus, de tous les dieux, la mythologie s’accorde à le considérer comme le plus subtil et le plus astucieux. Aucune autre divinité n’apparaît autant qu’Hermès-Mercure dans les mythologies gréco-latines. C’est dire la place qu’il occupait !

Ses insignes sont une paire de sandales ailées et une baguette magique. La rapidité et un pouvoir augmenté.
De quoi rendre jaloux bien des dieux antiques et bien des humains contemporains !

Comme toujours tout est dans ce mythe fondateur. Le vendeur est un surdoué, un charmeur, un créatif. Il peut être tenté comme tous les surdoués d’en « profiter » un peu tant il est au-dessus des autres, nous dit la mythologie.
Comme il n’est pas réellement malhonnête, il restitue sans rechigner ce qu’il a détourné et apporte même un joli cadeau en offrant la musique aux paroles d’excuses.

Faisons un bon de quelques siècles.

On dit volontiers que le monde est depuis toujours, divisé en deux. Celui du vin, des micro-parcelles et celui de la bière issue des larges terres des céréaliers. Le vigneron se défie de ce qui dépasse son terroir, le brasseur « brasse » large.

Les pays du sud, pays du vin, souvent latins, vont voir dans ce trop vendeur, trop doué, l’archétype du risque et vont très vite le traiter de voleur. Les pays du nord, buveurs de bières, plus habitués à ouvrir la porte aux marchands de houblons et autres négociants vont voir le « messager ailé ».

L’image du vendeur suit cette séparation de ces deux mondes, celui de la clôture, celui de l’ouverture.

D’un côté, on se méfie des « marchands ». De l’autre ils sont les « meilleurs d’entre nous ».

Dans une entreprise anglo-saxonne, un marketeur est d’abord un vendeur qui fera ses classes sur le terrain de la vente pure avant de pouvoir réfléchir au discours sur les produits.

Dans les organisations à la culture plus latine, le responsable marketing « fait des études » et ne se mêle pas aux commerciaux de peur de trahir la pureté de sa réflexion.

D’un côté marketing veut d’abord dire « commercialiser, aller au marché, échanger. »  C’est la fonction de conversation, d’ouverture de celui qui sait partager sa parole. Sa noblesse est implicite. De l’autre, le mot même est devenu une injure par ce qu’il induit une facilité à convaincre (donc à vaincre) que d’autres n’auraient pas.

Hermès-Mercure est bien le responsable cet état de fait. Le plus doué des dieux antiques ne pouvait que plaire à ceux qui admirent la réussite et ne pouvait que susciter rejet auprès de ceux qui rejettent toute réussite fondée sur un don.

La question de la perception du vendeur est une question ontologique de la société toute entière.

Faut-il accepter que les hommes et le monde ne puissent pas être totalement égalitaires ? Le monde de la vente est celui de l’équité, des mêmes règles de rémunération pour tous. Mais il n’est pas celui de l’égalité car il génère pour les plus doués (quelquefois aussi les plus travailleurs) un avantage sur leurs « petits copains ».

La question des vendeurs et de leur image pose, par conséquent, la question des valeurs de la société dans laquelle ils opèrent…

 

Sujet par :
Loading...
Partager le lien :
Commentaire de Pedro ABRANTES : J'ai été (je le suis peut-être encore) un sale gosse. Commentaire de Frédéric BASCUNANA : GOOD for you ;-))) Commentaire de victor : tel le diable, il vous tente, il vous fascine, autant lui donner une pièce pour lui prendre ce "bien" qui me fait "mal" Commentaire de Dominique Rabeuf : Commençons par distinguer:Le commerceLa venteLe marchéLes significations d'origine sont les suivantes:Le commerce est l'art de la négociation (y compris la gestion)La vente l'action de mettre en valeur (vanter)Le marché est l'interface de l'offre et de la demande (pas seulement un lieu de vente)(Voir le «Gaffiot» pour les détails)ExemplesDans les milieux financiers ou immobiliers on dit «négociateur»Le vendeur est souvent synonyme de bonimenteur (il fait des stages pour cela), il est aujourd'hui remplacé par le «conseiller»Les marchés sont des théâtres, depuis le marché de village à Wall Street