Email     Mot de passe  
Connexion | Inscription
 
(video ci-dessus)  (ce sujet initialement créé en novembre 2016 a été diffusé sur Linkedin le 17 décembre 2018 et les récations sont très intéressantes : voir ici le billet Linkedin ) Attention, il ne s’agit pas ici de “moraliser” naïvement la Vente. Chacun avance en conscience, et les entreprises sont capables d’émettre leurs propres recommandations. Et soyons clairs : nous rejetons tout “ethical washing”. Par contre un “manifeste” est une affirmation vigoureuse à laquelle chacun peut choisir en conscience d’adhérer, et de l’arborer comme un label. Par exemple, nous adhérons au “cluetrain manifesto” : qui se veut plus une construction intellectuelle génératrice de sens et de valeurs pour les marketeurs qui travaillent dans l’espace digital. C’est une référence, un cadre de travail. Autre exemple-clé : le serment d’Hypocrate. Il est à la base de toute la confiance qui existe depuis des temps immémoriaux entre le corps médical et les patients. il est fondateur même du métier, et si ancien qu’on l’oublie. Mais c’est son socle culturel. Alors, pourquoi pas un serment d’Hypocrate du vendeur (et du marketeur) auquel chacun puisse adhérer en conscience ? Ces démarches ont pour intérêt d’envoyer un message à nos interlocuteurs : ce n’est pas une preuve irréfutable de notre éthique. Par contre, notre adhésion à des principes de déontologie créée un terrain propice à la confiance - et tant mieux s’il intrigue et sert de prétexte à converser ! De même, notre manifeste doit présenter une vision. Une commission lui sera dédiée au sein de EFFORST : voulez-vous en faire partie ? Sa rédaction devrait être non moins collective et " grass roots"  (partant de la base) qu'un élan démocratique : car il y a urgence. C'est un des projets fondateurs d'EFFORST. Si vous faites partie de l'écosystème de toutes celles et tous ceux qui s'intéressent de près ou de loin à la transformation de la Vente (ce qui par extension logique touche aussi bien les dirigeants, les marketeurs, les stratégistes), alors écrivez-nous. Nous commencerons par vous ajouter à la plateforme Slack de la communauté où cette discussion va déjà bon train grâce au support de pointures du secteur tels Loic Simon , Michael AGUILAR  et surtout le camarade Laurent H.J. De Smet  qui a magistralement relancé le sujet et saura le porter avec talent ! [SONDAGE]
Et hop, voici mon feedback :
Laissez-moi dire ce que j'en pense...

Naviguez dans les sections
du Guide du contributeur :
 

 

 

Infos diverses
Format : Ressource
Traitement : Cocréation - Brainstorm
L'article
Réagir ?
AUDIENCE
 

(video ci-dessus) 

(ce sujet initialement créé en novembre 2016 a été diffusé sur Linkedin le 17 décembre 2018 et les récations sont très intéressantes : voir ici le billet Linkedin)


Attention, il ne s’agit pas ici de “moraliser” naïvement la Vente.


Chacun avance en conscience, et les entreprises sont capables d’émettre leurs propres recommandations. Et soyons clairs : nous rejetons tout “ethical washing”.

Par contre un “manifeste” est une affirmation vigoureuse à laquelle chacun peut choisir en conscience d’adhérer, et de l’arborer comme un label.

Par exemple, nous adhérons au “cluetrain manifesto” : qui se veut plus une construction intellectuelle génératrice de sens et de valeurs pour les marketeurs qui travaillent dans l’espace digital. C’est une référence, un cadre de travail.


Autre exemple-clé : le serment d’Hypocrate.

Il est à la base de toute la confiance qui existe depuis des temps immémoriaux entre le corps médical et les patients. il est fondateur même du métier, et si ancien qu’on l’oublie. Mais c’est son socle culturel. Alors, pourquoi pas un serment d’Hypocrate du vendeur (et du marketeur) auquel chacun puisse adhérer en conscience ?

Ces démarches ont pour intérêt d’envoyer un message à nos interlocuteurs : ce n’est pas une preuve irréfutable de notre éthique. Par contre, notre adhésion à des principes de déontologie créée un terrain propice à la confiance - et tant mieux s’il intrigue et sert de prétexte à converser !

De même, notre manifeste doit présenter une vision.

Une commission lui sera dédiée au sein de EFFORST : voulez-vous en faire partie ?

Sa rédaction devrait être non moins collective et "grass roots" (partant de la base) qu'un élan démocratique : car il y a urgence.

C'est un des projets fondateurs d'EFFORST.

Si vous faites partie de l'écosystème de toutes celles et tous ceux qui s'intéressent de près ou de loin à la transformation de la Vente (ce qui par extension logique touche aussi bien les dirigeants, les marketeurs, les stratégistes), alors écrivez-nous.

Nous commencerons par vous ajouter à la plateforme Slack de la communauté où cette discussion va déjà bon train grâce au support de pointures du secteur tels Loic Simon, Michael AGUILAR et surtout le camarade Laurent H.J. De Smet qui a magistralement relancé le sujet et saura le porter avec talent !


Je signale mon opinion :




 


Pas vraiment d'idée là tout de suite, pour savoir comment réagir ?
En voici quelques-unes ici, parce que réactions et commentaires constituent la vraie richesse de cette plateforme.

Et sinon, il y a aussi notre petit outil de sondage maison : 

Je signale mon opinion :




Partager le lien :
Sujets potentiellement connexes :
  • Commentaire de Gilles Saunier : Un manifeste du Smarketer éthique, c'est fondateur, super ! Frédéric, ce que tu dis, comment tu en parles, est bien.L'intégrité grandit l'humain et engendre une société du Commerce, et donc des relations humaines, saine et toujours fraîche.Je dois dire "non" si l'éthique n'est pas suivie. Commentaire de Didier Castelnau : quelles règles faudrait-il proposer alors ? Quelles actions non éthiques faut-il dénoncer en priorité ? Commentaire de Frédéric BASCUNANA : eh bien allez on y va :-) Lançons la rédaction ;-) Commentaire de Nasser ALAMI : se porte volontaire pour participerJe suis intimement convaincu de la nécessité de revendiquer une éthique des affaires, et qui de surcroît ne soit en rien incompatible avec la recherche d'une rentabilité commerciale, et d'un enrichissement matériel légitime . À l'instar des produits de consommation courante qui nous sont vantés, comme étant des produits équitables, pourquoi ne pourrions nous pas, en tant que commerciaux, revendiquer de prime abord, une valeur forte différenciante : celle d'une relation clientèle éthique assumée, et d'une relation mutuellement profitable qui le sera tout autant ?